Rechercher un modèle, une marque, une course...

Interview de Nathalie Mauclair, championne du monde trail, vainqueur de l’UTMB et de la Diagonale des fous

Avis de Runners a rencontré Nathalie Mauclair, championne du monde de trail, vainqueur de l’UTMB et de la Diagonale des Fous, membre de l’équipe de France.
Championne sympathique, attachante et passionnée, elle a accepté de répondre à toutes nos questions et de partager son expérience.

Nathalie Mauclair

1. Présentation :

Parcours :

2010 : Championne de France vétérane marathon et semi-marathon;
2012 : Championne de France de Trail ;
2013 : Championne du monde de Trail et Vainqueur de la Diagonale des fous;
2014 : Vainqueur de la Diagonale des fous ;
2015 : Championne du monde de Trail et Vainqueur de l’UTMB.


Tu es venue à la course à pied sur la tard, qu’est-ce qui t’a décidé à passer au trail
 ?

J’ai participé à mon premier marathon à 40 ans (2H54min). Je suis naturellement passée vers le trail parce que je retrouvais plus la philosophie d’être dans la nature, le plaisir de découvrir de nouvelles régions, de nouveaux pays, comme ce que j’avais aimé dans le VTT quelques années plus tôt, même si évidemment le chrono compte !

Qu’est-ce qui t’a décidé à en faire une priorité?

Les résultats stimulants. Comme je suis quand même compétitrice dans l’âme quand j’ai un objectif je fais tout pour le mener à bien et comme cela a bien marché, j’ai persévéré.
Le trail est magique, il me permet de vivre des expériences extraordinaires. J’ai choisi de faire du trail une priorité parce que je veux en profiter tant qu’il est encore temps.

Comment tu concilies ta vie d’athlète avec ta vie professionnelle (cadre infirmier dans un centre spécialisé) et familiale (mère de 2 enfants)?

  • Niveau professionnel : je travaille à 70% pour avoir un jour off que je consacre aux entrainements et à ma famille, et pour pouvoir préparer les compétitions. 
  • Niveau sportif : je place mes séances d’entrainement en fonction de mes contraintes professionnelles et personnelles. Je ne fais pas de planning, ce qui compte c’est que les séances soient faites, quelle que soit l’heure.
  • Niveau personnel : Mon mari (sportif qui m’a transmis sa passion) prend en charge la vie de famille. Il me soutient et me stimule, me permettant ainsi de m’entrainer sans culpabilité.

Il faut donc une organisation quotidienne. En plus, les mois de janvier à octobre sont consacrés à mes courses, novembre et décembre à ma vie personnelle.

 

2. Son actualité, ses prochains objectifs :


À quelles compétitions prévoies-tu de participer en 2016 et quels sont tes objectifs
?

  • Le Marathon des Sables, que je vais découvrir avec l’objectif de faire le mieux parce qu'il y a beaucoup de dimensions que je ne maitrise pas, comme la chaleur et la logistique.
  • Le Championnat du monde de trail toujours avec l’objectif de faire le mieux sans me dire que je vais conserver le titre parce que ça me met trop de pression. Mais participer à des courses sous les couleurs de l’équipe de France, c’est celles où je prends le plus de plaisir, celles pour lesquelles je me prépare le mieux. C’est vraiment super de courir pour la nation.
  • Les autres compétitions ne sont pas arrêtées. A priori, je devrais en faire 4.

Nathalie Mauclair

Comment vois-tu le reste de ta carrière
 ?

Je pense pouvoir faire 2 ou 3 belles années. Après, même si je continuerais à courir, si je fais de moins bons résultats, j’aurais moins le cœur à orienter toute ma vie autour du trail. Mais, la course à pied (CAP) est un bon prétexte pour voyager et découvrir de nouveaux pays donc je pense que je ferais encore 2 courses/voyages par an.

Comment vit-on une déception sur une course ? Quels sont tes conseils en la matière?

Je n'’ai pas trop de conseils parce que j’ai moi-même du mal notamment après ma déception au Grand Raid peut être parce que je me suis trop projetée sur le podium. Maintenant je suis précautionneuse pour diminuer la déception.
Mais d’en discuter avec un ami m’a fait du bien donc je conseille d'en parler pour extérioriser sa déception et repartir plus sereinement sur de nouveaux objectifs.
Et éviter la tentation de vouloir se rattraper avec une autre course tout de suite après alors que vous n’êtes pas dans les meilleures conditions, faut savoir se reposer et repartir sur un vrai objectif derrière.

 

3. Ses entrainements :


Quelle est ta semaine type 
?

Je m’entraine seule le plus souvent 6 jours sur 7, sur une base de vélo, CAP et je fais de la natation pour le gainage. 
Pour la CAP, je me mets des objectifs de temps et je varie les exercices, footings, fractionné plus ou moins long et travail en cotes à répétition pour pallier le manque de dénivelé près de chez moi.
Je fais du vélo (avec mon mari) parce qu’il permet de muscler les cuisses et de varier les zones musculaires, atout pour le trail qui sollicite plus de muscles que la CAP sur route.

Quelle est ta structure type d'une préparation pour un ultra-trail ?

Par rapport à ma semaine type, j’intensifie le rythme. Je fais plus de vélo, je fais une sortie longue de 3H et je fais du fractionné sur toutes les séances.
Ma préparation se fait sur 4 semaines (intervenant 6 semaines avant l’épreuve) avec un volume hebdomadaire de 15 à 20H. 2 semaines avant la compétition je diminue le rythme et la semaine précédant l’épreuve je fais juste du footing.
 

Comment gères-tu ton alimentation ?

Hors période de compétition, je mange de tout mais je fais attention aux quantités.
En revanche, lors des préparations pour une compétition, vu la charge d’entrainement, l’équilibre se fait naturellement. Et la dernière semaine avant la compétition, j’enlève les fibres, le pain, les glutens pour solliciter le moins possible l’intestin.

Nathalie Mauclair

 

4. Les spécifités du trail:


Comment s’alimente-t-on sur de très longues distances 
?

J’ingère des boissons d’hydratation et des barres. Je complète avec des boulettes de fruits secs enrobés de compote ou miel, des boulettes de riz et des petits sandwichs que je prépare pour varier les saveurs, manger de vrais aliments notamment salés.
Je conseille de manger souvent mais en petite quantité et de ne pas s’arrêter trop longtemps sur les zones de ravitaillement parce que c’est difficile de repartir après.

Quelles sont les qualités qu’un traileur doit développer?

  • L’adaptabilité aux terrains. Comme on n’est pas sur des foulées rectilignes, au début, on perd du temps à chercher un bon appui. À force, on développe une faculté à poser le pied sans se poser de question et à gérer.
  • Les qualités mentales pour courir longtemps et gérer l’effort dans la durée. Une bonne préparation physique permet au corps de suivre mais faut aussi avoir le mental.

  Nathalie Mauclair


5. Conseils 


Quels sont tes conseils pour progresser ?

  • Impérativement intégrer du fractionné à sa préparation. La marge de progression passe par les séances où l’on oblige le corps à travailler différemment le rythme de course.
  • Se fixer des objectifs personnels, en se mettant des repères à l’entrainement, des temps de référence sur un parcours ou sur un exercice spécifique. 
  • Faire attention à son hygiène de vie et notamment au sommeil, s’obliger à bien se reposer.
  • Bien pensez à vous étirer, après l’entrainement ou à un autre moment, faut les faire sinon les muscles se raidissent et vous risquez de vous blesser (pour savoir comment s'étirer, lisez notre article).

 
Quels conseils peux-tu donner pour préparer un (ultra)-trail ?

  • Bien choisir sa course : sélectionner une course pour laquelle on aura le temps de se préparer et que l’on pourra terminer.
  • Monter progressivement en puissance sur les entrainements pour progresser sûrement (en se faisant aider ou avec des lectures, pour se faire un planning de préparation). Caler 1 ou 2 compétitions « de préparation ».
  • Se documenter sur la course pour avoir une bonne connaissance de ce qui nous attend et anticiper les difficultés. Quand c’est possible, faire la reconnaissance du parcours, du moins des zones qui paraissent techniques ou clés.
  • Se mettre des objectifs intermédiaires réalisables est plus stimulant que d’aborder la course comme un gros morceau. Cela permet de garder la motivation et d’aller au bout.
  • Pour les courses de nuit, il n’est pas utile de prendre l’habitude de ne pas dormir. Il vaut mieux arriver reposé et gérer le jour J. Il faut arriver frais c’est super important tant au niveau physique que moral. 
  • Ne pas introduire de nouvelle habitude alimentaire ou d'équipement le jour de la course. Pour l’équipement, testez les chaussures et les vêtements, en les portant au moins 1 fois voire idéalement 2 ou 3 fois pour s’assurer de l’absence de réaction ou de zone de frottement. Pareil, testez votre lampe frontale (fiabilité, fonctionnement, confort…).
  • Pour l’équipement, courir avec de très bonnes chaussures de trail (consulter les avis sur les chaussures de trail), de bonnes chaussettes et avoir une lampe frontale. Je conseille le tour de cou parce que c’est hyper pratique, s’il fait chaud il peut servir à s’éponger avec et se rafraichir (en le mouillant), s’il fait froid il sert à se couvrir. Pareil pour les manchettes, elles peuvent être descendues, remontées ou rangées dans votre sac, elles ne pèsent pas lourd. Essayer de courir léger tout en ayant le matériel obligatoire (pour manger, boire, se couvrir). Je préfère les flasks que je porte devant pour voir ma consommation et ils se remplissent assez vite aux ravitaillements. Enfin, c’est plus prudent d’avoir son téléphone même si parfois on ne capte pas et être visible lorsque l’on court de nuit.
  • Avoir envie et se voir passer la ligne d’arrivée pour pouvoir y arriver.

Nathalie Mauclair 

Quels sont tes conseils pour choisir une bonne paire de chaussures de trail 
?

Que ce soit pour l’entrainement ou les compétitions, il faut que vos chaussures:

  • soient confortables à l’intérieur, 
  • aient une bonne accroche,
  • englobent bien le pied pour que les petits cailloux n’entrent pas dedans, 
  • offrent suffisamment de protection sur l’avant du pied,
  • et qu’il y ait un bon maintien du pied.

En revanche, je conseille de changer de modèle pendant la course pour l’adapter aux terrains. Privilégiez des chaussures résistantes sur les terrains caillouteux ou techniques et prendre des chaussures légères moins amortissantes et avec plus de rebond, sur les terrains roulants. Je pense que l’on évite ainsi les zones de frottement qui pourraient se créer et on soulage le pied.

Enfin, quel est ton avis sur le site Avis de Runners ?

Je trouve le site bien et sympa. C’est une vraie guidance dans le choix des chaussures, avec des critères reproductibles entre les différentes chaussures permettant une objectivité et les commentaires des utilisateurs pour orienter ses choix. C'est sympa, d’avoir les critères de choix en amont pour aller à l’essentiel.
Avec les articles, pour les coureurs qui veulent aller plus loin, il réunit le coté pratique, rapide et le coté instructif.

Découvrez les avis sur les chaussures de trail et faites le bon choix!


Nathalie s’engage pour un projet qui lui tient à cœur, elle est la marraine de l’association La Marsalette Increvable. L’association, aidée de lycéens et de professionnels, développe des fauteuils permettant aux enfants handicapés d’être portés pendant les courses. C’est une belle expérience de partage avec les enfants, qui a des vertus pédagogiques pour les lycéens, et lui permet de partager sa passion de la CAP. C’est un projet qui lui procure beaucoup de plaisir.

 

 

 Article publié le 21/12/2015

 

Commentaires

img_membre

teo61 - le 22-12-2015

Très bel article de la championne du monde, merci pour les conseils.

img_membre

YvesLyon - le 28-12-2015

J'ai quand même une petite question, même si je ne suis pas (trop) idiot... En fait, plus qu'une question, c'est surtout des avis que je cherche à avoir ici...
Nathalie conseille de changer de modèle de chaussures PENDANT la course, pour l'adapter aux terrains. Evidemment que c'est le mieux, du moins dans l'idéal, je crois qu'on sera tous d'accord...
Toutefois, nous n'avons pas tous quelqu'un qui peut être au bon endroit (surtout en montagne) pour le changement de pneus...heuu, de chaussures pardon. Alors dans ce cas :
1 - Trainez-vous quand même une seconde paire de chaussures dans votre sac de trail ?
2 - Vous préférez partir léger et vous prenez une seule paire (celle qui ira le mieux pour la plus grande partie du terrain de l'épreuve) ?
3 - Vous reconnaissez le parcours avant et vous planquez toujours des paires de pompes aux bon endroits ?
4 - je garde la même paire de chaussures, trop compliqué de changer en cours de route
5 - Pas de soucis, si vous devez changer de chaussures lors d'une épreuve, vous avez le 06 de Nathalie qui se fera une joie de courir vous apporter la paire qu'il faut.
6 - Autre (précisez)...

Merci pour vos retours :-)

Postez un commentaire sur cet article

Vous souhaitez réagir à cet article? Inscrivez vous sur AvisDeRunners en 2 minutes!