Rechercher un modèle, une marque, une course...

La tendinite du tendon d’Achille

La tendinite du tendon d’Achille touche environ 11% des runners. Point sensible situé au bas du mollet sur le talon, le tendon d’Achille est très souvent sollicité, notamment par le simple fait de marcher, et peut être soumis à rude épreuve lors d’une pratique sportive intensive. Tendinite achilléenne voire rupture du tendon peuvent alors apparaître. Quelles en sont les causes ? Comment s’en prémunir et quels traitements adopter ? Avis de Runners vous livre ses éléments de réponse.
Tendinite-du-tendon-d'Achille

La tendinite du tendon d’Achille : définition

Cette douleur au tendon est provoquée par une inflammation du tendon d’Achille, ou tendon calcanéen. Le tendon d’Achille est l’extrémité des muscles postérieurs de la jambe qui vient se fixer au niveau du talon. Il doit son nom au héros grec Achille qui n’était vulnérable qu’au niveau du talon. Le tendon d’Achille intervient dans la flexion plantaire, c’est à dire dans l’action de tendre le pied en pointe. Prolongeant les muscles du mollet, il vient se fixer au niveau d’un os du talon que l’on appelle calcanéum.

Les signes d’une tendinite du tendon d’Achille

Le premier symptôme est la douleur. Au départ, la douleur au talon d’Achille apparaît en fin d’entrainement mais elle disparaît assez rapidement après l’effort. Cette douleur est peu dérangeante.
Lors du second stade, la douleur apparaît plus rapidement au début de l’entrainement lorsque le muscle est froid, puis disparaît avec l’effort et réapparait à la fin de l’entrainement. La palpation fait aussi apparaître une zone douloureuse.
Ensuite, la douleur devient de plus en plus gênante. Elle est ressentie le matin au réveil mais survient également progressivement pendant l'effort. Le tendon peut gonfler et présenter de petits nodules.
Enfin la douleur devient permanente empêchant toute forme d’activités sportives ou quotidiennes. Un gonflement important du tendon peut intervenir.

Les causes de la tendinite du tendon d’Achille

La tendinite du tendon d’Achille peut avoir différentes causes. Quand on pratique le running, il faut savoir que le tendon d’Achille doit supporter la puissance de son muscle, le triceps sural, lors de la poussée de la jambe arrière et qu’il doit transférer sur la cheville une partie de la puissance du quadriceps quand la jambe est tendue, pied en appui au sol. Les différents facteurs d’une tendinite du tendon d’Achille peuvent être :

  • Un surentrainement qui conduit souvent au surmenage du tendon. Il est important de ne pas augmenter de manière trop brutale le kilométrage hebdomadaire couru ;
  • Une inégalité de longueur des jambes qui déclenche un déséquilibre dans les appuis et traumatise violemment le tendon ;
  • Un surpoids qui peut être l’origine directe d’une tendinite puisque le pied doit supporter à chaque foulée 3 à 8 fois le poids du corps ;
  • Des chaussures en mauvais état ou mal adaptées à la foulée naturelle du runner, (consultez les avis sur les chaussures de running et trail) ;
  • Des tendons ou des mollets trop raides qui entraineront des tensions exagérées sur le tendon ;
  • Une mauvaise hydratation ou une mauvaise alimentation ;
  • Des problèmes dentaires ;
  • Un manque de souplesse au niveau de la voute plantaire, des pieds plats ou des pieds creux.

Les traitements de la tendinite du tendon d’Achille

Les traitements d’une tendinite du tendon d’Achille sont à la fois médicaux, physiques et chirurgicaux, en fonction de la sévérité de la lésion. Comme pour toute pathologie du coureur, le premier traitement est le repos sportif jusqu’à la disparition totale de la douleur, avec glaçage régulièrement. Le médecin prescrira aussi des anti-inflammatoires non stéroïdiens et des gels anti-inflammatoires. Soigner la tendinite pourra également passer par des soins de kinésithérapie avec massages, étirements et des ultrasons. Ensuite une consultation chez un podologue permettra de savoir si vos chaussures ne sont pas la cause de la tendinite. En effet si le talon ne se trouve pas dans une position idéale au moment de la foulée, les blessures peuvent réapparaître. Des étirements réguliers seront aussi à mettre en place mais en évitant les étirements trop violents après l’effort (retrouvez notre article à ce sujet). S’hydrater correctement pendant l’effort et surveiller son alimentation permettent de prévenir les tendinites et contribuent à les guérir. Enfin, faire vérifier sa posture par un ostéopathe et consulter un dentiste sont des bilans à effectuer.

En cas de tendinites rebelles, celles-ci peuvent faire l’objet d’une immobilisation plâtrée. Des traitements chirurgicaux plus lourds sont également nécessaires pour réaliser notamment un peignage du tendon et venir ainsi à bout des kystes, nodules ou micro-calcifications. Dans ce cas, la reprise du running est généralement possible après 2 à 3 mois de convalescence. Quant à la rupture du tendon d’Achille, celle-ci s’observe très rarement lors de la pratique du running et seulement lors de séances d’entrainement privilégiant les démarrages brutaux ou les changements rapides de direction. Ces ruptures touchent les runners masculins dans 80% des cas.

Point faible du coureur à pied, le tendon d’Achille, bien que robuste, supporte parfois difficilement le surmenage provoqué par une pratique sportive intensive. Prise en charge rapidement, la tendinite du tendon d’Achille se soigne facilement mais nécessite de se pencher sur les facteurs ayant favorisé son apparition (problèmes de postures, de dentition, de déshydratation…). Dès l’apparition de la douleur, veillez à consulter un médecin qui établira le diagnostic et vous préconisera les soins adaptés.

Postez un commentaire sur cet article

Vous souhaitez réagir à cet article? Inscrivez vous sur AvisDeRunners en 2 minutes!